Lectures paresseuses

28 avril 2015

Elégie bretonne pour le souvenir de la famine en Ukraine

   En flânant dans les ruelles de Locronan sous un ciel gris menaçant qui donne son éclat aux toits ardoisés, je découvre la Librairie celtique sur la place sur le côté de l'eglise Saint-Ronan. C'est le deuxième étage où s'exposent les livres  de la Bretagne bretonnante. J'attrape un livret sur l'écomusée des monts Arrée et reste sous le charme de plus en plus persistant de la musique entendue. Lors du passage en caisse, je demande quel est le nom du chanteur. C'est Penez Prigent, nom aussi familier pour moi que le guitariste en vogue en Albanie. Donc, un nouvel album après douze d'abscence. En tout cas, un éblouissement. Un titre ancien "Gwerz Kiev" évoquant la famine des années 30 en Ukraine, quand on vit dans sa culture, on peut aisément se projeter dans d'autres.

Posté par Sepo à 08:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Ressorts de l'esprit français

   

avec_Dominique_de_Roux_1968_arch

"Il y a le Français logicien et le Français artiste, le Français systématique et le Français spontané, le Français grave et le Français souriant, le Français producteur et le Français consommateur. A travers la science, le marxisme et l'existentialisme marxisé, tout ce qu'il y a de sec, de cérébral et de spéculatif en France a été furieusement stimulé. Tandis que l'élasticité française, cette disponibilité innocente, à la Montaigne ou à la Rimbaud, s'est vue étouffée, freinée."

p.172,"Testament"(1968), Witold Gombrowicz, Belfond

Posté par Sepo à 07:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 avril 2015

Poésie des ombres de Minsk

  

IMG_20150407_214349

"Dans la Cité du Soleil, le ciel était extraordinaire. J'aimais quand il se transformait en cobalt profond, saturé. On voyait alors y flotter  d'innombrables statues blanches  de dieux ouatés dont les formes étonnantes répondaient et harmonieusement à l'architecture de la ville, aux enfilade désertes de colonnes corinthiennes, aux arches majestueuses et aux obélisques dont je ne parvenais pas tout à fait à saisir la valeur sacrale. Ces jours-là, la ville était pleine d'ombres profondes  et de contrastes. Je n'ai trouvé ailleurs les ombres de la Cité du Soleil. Dans les autres villes d'Europe, l'espace est trop resserré, trop concentré pour que les ombres puissent s'y dessiner avec un tel relief. Ici, elles s'ébattaient en toute liberté et créaient une féerie de danses graphiques dont la liberté n'était pas entravée par l'espace saturé d'architecture de la ville européenne."

p.29," Minsk cité de rêve"(2015), Artur Klinau, Signes et Balises

Posté par Sepo à 21:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 avril 2015

Orgueil de la croyance au progrès

  

table-ronde-progrès-PS

"Les citoyens du Pays du Bonheur n'étaient pas croyants et étaient fiers de ne pas croire en Dieu.Ils éprouvaient  un sentiment d'orgueil par rapport à ceux qui en étaient restés  au temps où Dieu vivait encore. Ils avaient en eux cette supériorité des gens du progrès, de ceux qui ont triomphé de l'obscurantisme, qui ont dominé la nature, qui sont à un niveau plus élevé qu'elle."

p.60, "Minsk cité de rêve"(2015), Artur Klinau, Signes et Balises

Posté par Sepo à 21:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 mars 2015

Ce qui réunit les hommes

  

retro477-S

"Notre complicité était réelle - ce ne sont pas les victoires ou les joies qui rapprochent les hommes, ce qui les unit vraiment, ce sont les malheurs communs, le désespoir partagé."

p.187,Vilnius poker"(2015), Ricardas Gavelis, Monsieur Toussaint Louverture

Posté par Sepo à 23:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]



26 mars 2015

Irrigation du passé dans nos vies

  

24357_gavelisricardas15drtoussaintlouverture

 "On ne doit pas rester les bras croisés vis à vis de son passé. On doit se familiariser avec lui, l'apprivoiser, se l'approprier même. Le passé, ce sont les clous dans la charpente du présent."

p.49,Vilnius poker"(2015), Ricardas Gavelis, Monsieur Toussaint Louverture

Posté par Sepo à 22:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Du combat intérieur

   

10925478

 

 "Il n'y a que ceux qui ont perdu leur âme qui se laisse épouvanter par leurs démons intérieurs. Il n'y a que ceux qui ont perdus leurs repères qui prétendent que leurs entrailles sont magnifiques et pures. Tu ne deviendras véritablement homme que lorsque tu auras réussi à faire rejoindre les parois de ton enfer et de ton paradis. Les hommes ont tous les mêmes vertus, alors que le mal est différent en chacun."

 

 

 

p.58/59,Vilnius poker"(2015), Ricardas Gavelis, Monsieur Toussaint Louverture

Posté par Sepo à 22:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 mars 2015

Arcanes du destin à Vilnius

  

index

"Les événements les plus importants de notre vie ne se produisent pas à la lumière du jour ; la fatalité fait sa sombre besogne par temps ombrageux, dans le crépuscule poussiéreux qui assassine toute lucidité – c’est de là que surgissent les chauves-souris, c’est de là que les yeux du néant vous guettent. Une part de notre destin se joue là où hululent les chouettes – et d’où seuls les pigeons gris et crasseux de Vilnius s’échappent, pour rejoindre la lueur du jour."

p.24, "Vilnius poker"(2015), Ricardas Gavelis, Monsieur Toussaint Louverture

Un recension magnifique: https://charybde2.wordpress.com/2015/02/21/note-de-lecture-vilnius-poker-ricardas-gavelis/

 

 

 

Posté par Sepo à 20:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 mars 2015

Pologne devant l'imminence du désastre

  

IMG_20150315_162355"Des réceptions comme celle là témoignaient de la "militarisation" des mœurs des jeunes filles - on peut employer ce terme car il s'agissait en fait du style de la jeunesse des écoles militaires, d'un style de vie militaire. Mais ce déchaînement des mineurs, qui scandalisait tellement les personnes âgées, avait à cette époque - je veux dire dans les dernières années précédant la guerre - une dimension plus dramatique: la guerre. Son ombre était sur tout, son imminence funeste suggérait qu'il fallait jouir de la vie avant qu'elle ne soit trop mêlée de mort. Les demoiselles de l'immédiat avant-guerre avaient quelque chose de ce mépris pour les convenances qui, quelques années plus tard, caractériserait la jeunesse en lutte dans les rues de Varsovie. "Nous vivons comme si nous allons mourir" - me cria un jour dans l'oreille Swiatek Karpinski au cours d'une beuverie, et cette réflexion rendait bien compte de l'atmosphère qui pesait sur la Pologne plus encore que sur le reste de l'Europe."

p.207, "Souvenirs de Pologne"(1984), Witold Gombrowicz, 10/18, initialement écrites pour Radio Free Europe en 1960, elles ne furent jamais diffusées. Retrouvées par Rita Gombrowicz en 1976, publiées en polonais en 1977 pour la dispora polonaise par Kultura, elles sont traduites et publiées chez Christian Bourgois en 1984.

Posté par Sepo à 16:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 mars 2015

Introduction du marxisme en Pologne après-guerre

  

ca8973c680743d8c39c801886249b348,640,0,0,0"Au lieu d'ouvrir sur le monde l'esprit des élèves, le marxisme n'a fait hélas que le bloquer encore plus. les leçons de marxisme dialectique ressemblent beaucoup aux cours de religion dans les collèges de jésuites aux dix-huitième siècle - on présente cette doctrine comme la seule et et suprême vérité et c'est ainsi que le marxisme qui isole de toutes les réalisations de l'Europe."

p.43,"Souvenirs de Pologne"(1984), Witold Gombrowicz, 10/18, initialement écrites pour Radio Free Europe en 1960, elles ne furent jamais diffusées. Retrouvées par Rita Gombrowicz en 1976, publiées en polonais en 1977 pour la dispora polonaise par Kultura, elles sont traduites et publiées chez Christian Bourgois en 1984.

Posté par Sepo à 19:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]