Lectures paresseuses

24 janvier 2016

Le voyage au bout de la nuit de Drieu La Rochelle

Repris du "Journal" de Drieu en date du 17 octobre 1944:

51yuniD42OL

"Je voudrais rentrer dans la nuit qui n'est pas la nuit, dans la nuit sans étoiles, dans la nuit sans dieux, dans la nuit qui n'a jamais porté le jour, dans la nuit immobile, muette, intacte, dans la nuit qui n'a jamais été, et qui ne sera jamais. Ainsi soit-il"


p.231/232,"Les derniers jours de Drieu La Rochelle"(2016), Aude Terray , Grasset

 

 

 

 

Ce passage entre en résonnance avec la chanson "The eternal" de Joy Division:

Joy Division - The Eternal (with lyrics)

Posté par Sepo à 19:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 novembre 2015

Frictions communautaires en Syrie en 1926

Reportage dans la Syrie sous mandat français de 1926: 

product_9782070459568_195x320

"Une haine de race et de religion aussi comme celle qui anime ces Arméniens, assoiffés de vengeance, contre les musulmans. Mais surtout, il n'en faut pas douter , ce goût d'imprévu, de danger, ce besoin de donner et recevoir la mort que certains hommes portent en eux comme le plus impérieux, le plus voluptueux des poisons."

p.24,"En Syrie" (1926), Joseph Kessel , Folio n°5834

Posté par Sepo à 16:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Expérience de la foi à l'Institut Saint-Serge de Paris

  

 

"Reste qu9782841005970e c'est par l'orthodoxie que j'ai fait l'expérience de l'être et ce qu'on peut appeler la vibration ontologique. Elle m'a permis de faire cette expérience parce que, en France, cette église était pauvre et minoritaire. Née au départ des Russes fuyant la persécution du régime soviétique à l'encontre des croyants, réfugiée dans des garages ou des magasins désaffectés transformés en chapelle, il n'était question avec elle que ce qui venait du cœur. Parce qu'il fallait vivre et que seul le cœur permettait de vivre. D'où le paradoxe de ma position dans la société française et notamment dans le monde intellectuel.  Alors que la France tend à fuir la religion et tout faire devenir l'un des pays les plus athées au monde, la religion étant synonyme pour elle d'obscurantisme, j'ai grandi dans un monde fuyant l'athéisme, synonyme de persécution et trouvant dans la vie mystique profondeur et liberté, cette liberté  étant exprimée par la liturgie mais aussi par la vie intense de la pensée, à l'Institut Saint-Serge à Paris notamment."

p.138/139,"Entretiens au bord la mort" (2015), Bertrand Vergely, Bartillat

Posté par Sepo à 15:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 novembre 2015

Louis XIV et l'impératif de représentation

   

1280px-Virgin_Mary_Birthplace_(orthodox)

"Un jour, opéré le matin - sans anesthésie ! - il s'habille le soir en grand apparat, se charge de tous ses diamants et, souffrant le martyre, reçoit sur son trône un ambassadeur. Pour lui,cela est le devoir du roi."

p.216,"Alain Decaux raconte l'Histoire de France"(2015), Alain Decaux , Perrin

Posté par Sepo à 07:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 novembre 2015

A l'ombre du KGB: le séminaire lituanien

  

Wiszniewsk-Paroles-Degelees-Livre-730581734_ML

"La tendance générale, depuis longtemps, s'était de faire mourir le séminaire. Depuis les années 960 et 1970, le nombre de clercs était limité à vingt-cinq. Donc, cinq séminaires par an. Quand on sait que la Lituanie, il y a six cents paroisses, ça se passe de commentaires. Il y avait des gens qui, pendant des années, aspiraient à entrer au séminaire sans y arriver. Je connais personnellement quelqu'un qui n'y est parvenu qu'à l'âge de quarante ans. D'habitude, il y avait un genre d'examen d'entrée. Épreuve orale: du catéchisme, à un niveau vraiment rudimentaire, et épreuve écrite sur deux sujets au choix. Pourquoi peut-on devenir prêtre? La vie après la mort ? L'eucharistie, etc. Les premiers à l'épreuve avaient bien plus de chances d'être acceptés que les derniers. Mais en fait, la vraie sélection, c'était le KGB qui la faisait. Chaque année, le recteur présentait la liste des futurs séminaristes au KGB. Ils pouvaient rayer les noms à volonté. Et tous les futurs séminaristes, avant ou après les examens ecclésiastiques, étaient au KGB. Le vrai examen, c'était là qu'il avait lieu. Tout dépendait de cette "conversation amicale". En dernière instance, c'était le KGB qui devait approuver tous les candidats."

p.37/38,"Paroles dégelées"(1990), Irena Wiszniewska, Calman Levy

Posté par Sepo à 02:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]



02 novembre 2015

Musique pour le jour des défunts

    "La mélodie  et les harmoniques du Requiem de Campra sont d'une délicatesse infinie. On a parlé à son propos de "berceuse des morts", une expression qui dit l'espérance chrétienne de l'au-delà, au coeur du tragique de la vie humaine. On passe à tout instant de la douleur et de l'angoisse à la sérénité et à paix retrouvée, de la nuit à l'aurore.L'exaltant Et lux perpetua ("Que la lumière éternelle brille sur eux") nous jette brutalement, par son jaillissant et irrésistible dynamisme, dans la joie céleste que l'on retrouve dans le déploiement impressionnant du grand coeur Requiem aeternam.

p.470, "Dictionnaire amoureux de Jésus"(2015), Jean-Christian Petitfils, Plon

Posté par Sepo à 21:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 octobre 2015

Pape XI, un pape alpiniste

 

index

  "Membre du Club alpin italien, Ratti est, selon ses contemporains, un alpiniste "enragé, et un peu téméraire."Il est le premier Italien à atteindre le sommet du mont Rose (4500 ) par la face orientale et donne même son nom, avec son compagnon don Grasselli, à un nouvel itinéraire permettant l'ascension du Mont Blanc."

p.206,"Ces douze papes qui ont bouleversé le monde", Christophe Dickes, Tallandier

Posté par Sepo à 08:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 octobre 2015

Paysage du Nord de la France

livre_galerie_2337

    "Cette région de France, avec ses vastes étendues de paysage agricole, suprêmement disciplinées et cultivées, démontre que la terre peut être exploitée jusqu'à la moindre parcelle sans perdre de sa fraîcheur et de son naturel.(...) Mais ici, dans le Nord de la France, où l'agriculture s'est alliée à la poésie au lieu de la bannir, on comprend mieux la haute beauté d'une terre travaillée, humanisée, mise en relation avec la vie et avec l'histoire, en comparaison du matériau brut dont est encore revêtue la plus grande partie de notre continent. En France, tout par le d'une longue familiarité de la terre avec ses habitants; chaque champ a un nom, une histoire, une place personnelle et distincte dans l'administration du village; chaque bout de gazon se trouve là en raison d'un ancien droit féodal s'étant jadis imposée à une friche inutile."

p.29/30,"La france automobile"(1908), Edith Wharton, Mercure de France 2015

Présentation de l'éditeur: http://www.mercuredefrance.fr/livre-La_France_en_automobile-2337-1-1-0-1.html


     Edith Wharton adorait la France et aimait aussi beaucoup les voyages en voiture. Avec son mari Teddy, entre 1906 et 1907, c’est dans une Panhard et Levassor 15hp achetée d’occasion à Londres qu’ils effectuent ce « tour de France », parfois accompagnés de Henry James.
Évidemment, les Wharton ne conduisent pas eux-mêmes, ils ont un chauffeur, et leurs bagages arrivent par chemin de fer, avec quelques domestiques, aux étapes les plus importantes. On voyage avec style !
     Les Wharton sont des francophiles extrêmement cultivés et des touristes avertis. Partis de Boulogne, ils filent vers Amiens, Beauvais, puis Rouen. Ils continuent vers la Loire et l’Indre, puis font étape à Nohant sur les terres de George Sand. Paris, Poitiers, les Pyrénées, la Provence, l’Est… rien ne les arrête ! En route, ils admirent tout, les cathédrales, bien sûr, les paysages, les villages, mais aussi les Français, leur civisme, leur élégance, leur bonne humeur et leur façon intelligente de profiter de la vie…
     Avec ce récit en forme de carte postale, Edith Wharton nous fait revisiter et redécouvrir lieux et monuments avec une chaleur et un enthousiasme communicatifs.

     Publié aux États-Unis en 1908 avec succès, La France en automobile n’avait jamais été traduit en français jusqu’à aujourd’hui.

 

Posté par Sepo à 22:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 octobre 2015

Recours détestable à la polémique ad hominem: Maurras et Rebatet envers Maritain

  

51fFrzqZK1L

"Le plus triste est de voir Maurras reprocher à Maritain, en même temps que ses idées et ses positions, le fait d'être "le petit-fils du désarmeur Jules Favres"et "l'heureux de la Juive". Ces arguments ad hominem, mêlés à une discussion sur des principes, constituent le plus exécrable aspect de la polémique "totalitaire". Encore ont-ils, dans un pays totalitaire, une certaine efficacité, alors qu'en l’occurrence, ils ne font qu'affaiblir les reproches adressés par Maurras à Maritain."

p.108,"Les dissidents de l'Action Française"(1978), Paul Sérant, Copernic

 

 

 

Procédé à son apogée avec Rebatet, toujours sur Maritain:

51HrG3sIXUL

   "La farce énorme de la main tendue des communiste avait trouvé chez les catholiques militants et chez les ministres de l'Eglise non seulement des complices, mais des crédules fervents. Jacques Maritain, coupant des poils de rabbin en quatre au nom du Sacré-Coeur, mobilisait toute la théologie et toute la métaphysique pour innocenter Israël, voire pour le proposer en modèle. Ce thomisme de synagogue avait, comme tant d'autres choses qui semblent planer dans une haute spiritualité, la plus triviale des explications: le partage du lit et du bidet, le conjuguo de notre philosophe avec la juive Raissa. [ J’avais souligné ce petit détail dans un de mes articles, et qualifié Maritain, comme il convenait,de souilleur de la race, Rassenschander. Quelques jours plus tard, dans une feuille soi-disant nationale, un dévot tricolore me répondait en s'étranglant d'horreur et en stigmatisant mon paganisme hitlérien.]

p.87/88, "Le dossier Rebatet (2015), passage des "Décombres" (1942)

Posté par Sepo à 09:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 octobre 2015

Profanation de la charité pendant la guerre civile espagnole

 

81cpTYWaTPL

  "C'est un sacrilège horrible de massacrer des prêtres - fussent-ils fascistes, ce sont les ministres du Christ - en haine de la religion; et c'est un autre sacrilège, horrible aussi de massacrer des pauvres - fussent-ils"marxistes", c'est le peuple du Christ - au nom de la religion. C'est un sacrilège patent de brûler des églises et les images saintes [...]. C'est un autre sacrilège - à forme religieuse - d'affubler les soldats musulmans d'images du Sacré-Cœur pour qu'ils tuent saintement des fils de chrétiens et de prétendre enrôler Dieu dans les passions d'une lutte où l'adversaire est regardé comme indigne de tout respect et de toute pitié."

p.429, "Jacques et Raissa Maritain:les mendiants du ciel,"(2009), Jean-Luc barré, Perrin coll.Tempus

Posté par Sepo à 09:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]