Lectures paresseuses

19 novembre 2017

L'éducation du mépris

 

maxresdefault

"Lorsque nous longions l'église catholique de la 16e Avenue, mes amis et moi, nous prenions soin de traverser, puis nous crachions vers le bâtiment en récitant trois fois de suite la formule suivante: "Tu la détesteras et tu l'abhorreras de toute ton âme, car c'est un lieu maudit." 

p.86,« Celui qui va vers elle ne revient pas » de Shulem Deen, Globe 2017 prix Médicis étranger

 

51paV7vTuUL

Posté par Sepo à 19:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


13 novembre 2017

Palais de la Culture à Varsovie

Description du Palais de Culture, monument emblématique de l’architecture stalinienne à Varsovie, écrit en 1979:

800px-PKiN_widziany_z_WFC



" Dans ce nuage ou ce groupe de nuages d'automne agglomérés flotte le Palais de la Culture qui, autrefois, au temps de ma jeunesse , était aussi celui de la Science et portait le nom de Joseph Staline. Cette immense construction toute pointue faisait peur et inspirait de la haine mêlée à une sorte d'horreur sacrée. Monument d'orgueil, statue de la dépendance, ce grand gâteau de pierre semblait se dresser là en signe d'avertissement. A présent ce n'est plus qu'une vaste baraque, une antique pissotière attaquée par le moisi ou oubliée à ce carrefour de l’Europe centrale."

p.10,"La petite apocalypse", Tadeusz Konwicki, Robert Laffont, 1981 et 1979 en polonais "Mala apocalipsa" publié à Londres 

Posté par Sepo à 11:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 mars 2016

Effondrement de la beauté sacrale dans la tourmente conciliaire

   

index

"En ces années, l'initiation chrétienne avait déjà viré au catéchisme social - le souci légitime du prochain, un amour d'autrui souvent exprimé de façon doucereuse et niaise, une sorte de tiers-mondisme obsédé de sacs de riz et d'envoi de vêtements- et le sens du beau religieux, s'en trouvait amoindri."

p.74, "Géographies de la mémoire"(2016), Philippe Le Guillou, Gallimard

Posté par Sepo à 22:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 janvier 2016

Le voyage au bout de la nuit de Drieu La Rochelle

Repris du "Journal" de Drieu en date du 17 octobre 1944:

51yuniD42OL

"Je voudrais rentrer dans la nuit qui n'est pas la nuit, dans la nuit sans étoiles, dans la nuit sans dieux, dans la nuit qui n'a jamais porté le jour, dans la nuit immobile, muette, intacte, dans la nuit qui n'a jamais été, et qui ne sera jamais. Ainsi soit-il"


p.231/232,"Les derniers jours de Drieu La Rochelle"(2016), Aude Terray , Grasset

 

 

 

 

Ce passage entre en résonnance avec la chanson "The eternal" de Joy Division:

Joy Division - The Eternal (with lyrics)

Posté par Sepo à 19:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 novembre 2015

Frictions communautaires en Syrie en 1926

Reportage dans la Syrie sous mandat français de 1926: 

product_9782070459568_195x320

"Une haine de race et de religion aussi comme celle qui anime ces Arméniens, assoiffés de vengeance, contre les musulmans. Mais surtout, il n'en faut pas douter , ce goût d'imprévu, de danger, ce besoin de donner et recevoir la mort que certains hommes portent en eux comme le plus impérieux, le plus voluptueux des poisons."

p.24,"En Syrie" (1926), Joseph Kessel , Folio n°5834

Posté par Sepo à 16:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Expérience de la foi à l'Institut Saint-Serge de Paris

  

 

"Reste qu9782841005970e c'est par l'orthodoxie que j'ai fait l'expérience de l'être et ce qu'on peut appeler la vibration ontologique. Elle m'a permis de faire cette expérience parce que, en France, cette église était pauvre et minoritaire. Née au départ des Russes fuyant la persécution du régime soviétique à l'encontre des croyants, réfugiée dans des garages ou des magasins désaffectés transformés en chapelle, il n'était question avec elle que ce qui venait du cœur. Parce qu'il fallait vivre et que seul le cœur permettait de vivre. D'où le paradoxe de ma position dans la société française et notamment dans le monde intellectuel.  Alors que la France tend à fuir la religion et tout faire devenir l'un des pays les plus athées au monde, la religion étant synonyme pour elle d'obscurantisme, j'ai grandi dans un monde fuyant l'athéisme, synonyme de persécution et trouvant dans la vie mystique profondeur et liberté, cette liberté  étant exprimée par la liturgie mais aussi par la vie intense de la pensée, à l'Institut Saint-Serge à Paris notamment."

p.138/139,"Entretiens au bord la mort" (2015), Bertrand Vergely, Bartillat

Posté par Sepo à 15:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 novembre 2015

Louis XIV et l'impératif de représentation

   

1280px-Virgin_Mary_Birthplace_(orthodox)

"Un jour, opéré le matin - sans anesthésie ! - il s'habille le soir en grand apparat, se charge de tous ses diamants et, souffrant le martyre, reçoit sur son trône un ambassadeur. Pour lui,cela est le devoir du roi."

p.216,"Alain Decaux raconte l'Histoire de France"(2015), Alain Decaux , Perrin

Posté par Sepo à 07:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 novembre 2015

A l'ombre du KGB: le séminaire lituanien

  

Wiszniewsk-Paroles-Degelees-Livre-730581734_ML

"La tendance générale, depuis longtemps, s'était de faire mourir le séminaire. Depuis les années 960 et 1970, le nombre de clercs était limité à vingt-cinq. Donc, cinq séminaires par an. Quand on sait que la Lituanie, il y a six cents paroisses, ça se passe de commentaires. Il y avait des gens qui, pendant des années, aspiraient à entrer au séminaire sans y arriver. Je connais personnellement quelqu'un qui n'y est parvenu qu'à l'âge de quarante ans. D'habitude, il y avait un genre d'examen d'entrée. Épreuve orale: du catéchisme, à un niveau vraiment rudimentaire, et épreuve écrite sur deux sujets au choix. Pourquoi peut-on devenir prêtre? La vie après la mort ? L'eucharistie, etc. Les premiers à l'épreuve avaient bien plus de chances d'être acceptés que les derniers. Mais en fait, la vraie sélection, c'était le KGB qui la faisait. Chaque année, le recteur présentait la liste des futurs séminaristes au KGB. Ils pouvaient rayer les noms à volonté. Et tous les futurs séminaristes, avant ou après les examens ecclésiastiques, étaient au KGB. Le vrai examen, c'était là qu'il avait lieu. Tout dépendait de cette "conversation amicale". En dernière instance, c'était le KGB qui devait approuver tous les candidats."

p.37/38,"Paroles dégelées"(1990), Irena Wiszniewska, Calman Levy

Posté par Sepo à 02:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

02 novembre 2015

Musique pour le jour des défunts

    "La mélodie  et les harmoniques du Requiem de Campra sont d'une délicatesse infinie. On a parlé à son propos de "berceuse des morts", une expression qui dit l'espérance chrétienne de l'au-delà, au coeur du tragique de la vie humaine. On passe à tout instant de la douleur et de l'angoisse à la sérénité et à paix retrouvée, de la nuit à l'aurore.L'exaltant Et lux perpetua ("Que la lumière éternelle brille sur eux") nous jette brutalement, par son jaillissant et irrésistible dynamisme, dans la joie céleste que l'on retrouve dans le déploiement impressionnant du grand coeur Requiem aeternam.

p.470, "Dictionnaire amoureux de Jésus"(2015), Jean-Christian Petitfils, Plon

Posté par Sepo à 21:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 octobre 2015

Pape XI, un pape alpiniste

 

index

  "Membre du Club alpin italien, Ratti est, selon ses contemporains, un alpiniste "enragé, et un peu téméraire."Il est le premier Italien à atteindre le sommet du mont Rose (4500 ) par la face orientale et donne même son nom, avec son compagnon don Grasselli, à un nouvel itinéraire permettant l'ascension du Mont Blanc."

p.206,"Ces douze papes qui ont bouleversé le monde", Christophe Dickes, Tallandier

Posté par Sepo à 08:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]