Lectures paresseuses

28 août 2014

Stroszek, la sobriété néofolk italienne

Stroszek est une formation italienne de néo-folk. Leur nom se référe au film de Werner Herzog qui en France a pris le titre La Ballade de Bruno (1977).

Entretien avec le groupe: http://www.skartnak.com/interview-fr-107-stroszek.html

Posté par Sepo à 23:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 août 2014

Se signer façon orthodoxe

daktyla_stavros

 

 

 

"Chaque fois que le pope mentionne la Trinité, tout le monde se signe. de droite à gauche. Front, poitrine, épaule droite, épaule gauche. Le pouce, l'index et le majeur ont liés pour représenter la Trinité, tandis que l'annulaire et l'auriculaire sont repliés dans la paume pour signifier la double nature."

p.23, "L'ami barbare"(2014), Jean-Michel Olivier, Fallois

La justification plus approffondie: http://orthodoxologie.blogspot.fr/2011/09/pourquoi-les-chretiens-orthodoxes-se.html

Posté par Sepo à 21:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le football comme thermomètre des peuples

ob_189d80_barbare-olivier

"C'était le début de la grande équipe de Hongrie. Une équipe euphorique portée par tout un peuple, et portée aussi par le vent de l'Histoire.Tous les pays ont une équipe qui leur ressemble. regardez les Hongrois ! Tout est enchevêtré. Il y a le génie inventif du jeu, la résistance à l'Union soviétique, les germes de la révolte contre la dictature...
- Et les Français ?
- Brillants mais paresseux...
- Les Italiens ?
- Roublards ! calculateurs...
-Et les Allemands ?
- En remportant la Coupe du Monde, l'équipe de Frtitz Walter a redonné confiance à l'Allemagne! C'est la première fois qu'ils osaient de nouveau sortir la tête haute dans la rue après la honte des années noires. Une manière de miracle. De revanche...
-Et les Suisses alors ?
- Un pays qui a peur a une équipe craintive, Georges! C'est pour se protéger que les Suisses, en football comme en politique, ont inventé le verrou..."

p.96,"L'ami barbare"(2014), Jean-Michel Olivier, Fallois

Posté par Sepo à 21:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 août 2014

Portrait des Estoniens

 

estonia_flag_map

  "Peuple travailleur, propre, rangé, mais très positif, sans grands besoins religieux, avec beaucoup moins d'imagination ou de sensibilité poétique que le russe, froid, assez teinté de germanisme, de par une servitude séculaire, quoiqu'il eût le désir de secouer ce fardeau, --assez dur, âpre, sans la plasticité et la finesse des Slaves."

p.126/127," Ma rencontre avec la Russie"(1953), Hiromoine Vassily, Ciutad de Bueno Aires para la Iglesia catolica rusa

Itinéraire de l'auteur: http://www.france-estonie.org/article.php?id_article=23

 

Posté par Sepo à 18:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

D'une occupation l'autre: L'Estonie pendant la guerre

Témoignage qui prend sa valeur en sachant que l'auteur a été arrété par les autorités allemandes:

1_1_20713088

    "L'occupation allemande fut pour le peuple estonien une libération.

    Le régime était moins absolu, et on ne pouvait le comparer à l'horrible terreur pesant sur tous à chaque moment, dans les plus petits détails de la vie, sous le régime soviétique.

     Il y avait parmi les soldats ou officiers allemands des gens cultivés à qui on pouvait parler, qui avaient pour les occupés des dévouements très appréciables, qui savaient éluder des ordres trop sévères, qui étaient humains, alors que ces soviétiques apparaissaient tous comme de vrais barbares."

p.126," Ma rencontre avec la Russie"(1953), Hiromoine Vassily, Ciutad de Bueno Aires para la Iglesia catolica rusa

Itinéraire de l'auteur: http://www.france-estonie.org/article.php?id_article=23

Posté par Sepo à 18:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]



21 août 2014

Portrait de l'Estonie en 1932

 

IMG_20140821_083921

  "Pays du Nord, de marais et de bois, resserré entre le lac Peïpous et la grisaille de la mer Baltique, où les gens froids, quelque peu mélancoliques, d'une mélancolie âpre et rude, semblaient faits pour vivre isolés et tranquilles dans leurs landes ventées, désertes, -- qui pouvait convoiter cette terne pauvreté ? --isolés; car leur langue si difficile et inconnue ailleurs, était une barrière bien défendue."

p.19," Ma rencontre avec la Russie"(1953), Hiromoine Vassily, Ciutad de Bueno Aires para la Iglesia catolica rusa

Itinéraire de l'auteur: http://www.france-estonie.org/article.php?id_article=23

Posté par Sepo à 08:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

"On ne voit qu'avec le coeur"

Quand le Petit Prince inspire l'expression urbaine sur le pont qui relie le port de Cergy à la Base de Loisirs:

Pont du Port de Cergy

 

Posté par Sepo à 08:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 août 2014

L'appel du Donbass

Merci pour la traduction faite par le site Mediapart: http://blogs.mediapart.fr/blog/xipetotec/190814/appel-de-la-resistance-de-donetsk-et-slaviansk-aux-citoyens-de-lunion-europeenne

"A la lumière des récents événements dans le monde, nous voulons nous adresser aux habitants de l'Union européenne. De nouveaux conflits apparaissent régulièrement. Hier, celui du Haut-Karabagh a été réactivé. On dit qu'il y a encore et toujours plus de mercenaires. Les soldats ukrainiens prétendent encore que nous sommes des mercenaires de la Fédération de Russie. Cependant, mes collègues et moi-même vous parlons de la ville où nous habitons. Je suis né ici et j'y ai grandi. J'ai servi dans l'armée ukrainienne pendant deux ans et demi. Nous ne sommes pas des mercenaires de Poutine. Nous sommes des gens ordinaires qui veulent seulement une vie normale.

A propos de l'origine de la catastrophe humanitaire et de la Mission de l'OSCE. La Mission de l'OSCE vient régulièrement, cherche quelque chose mais ne voit pas de désastre humanitaire. Nous vous invitons à voir ce désastre humantaire. Aucun de vous n'a déjà vu une terre peuplée de zombies ; des villes et des villages vides, entièrement vides. Nous sommes les seuls à nous occuper des gens, à leur donner à manger. Ni l'armée ukrainienne ni personne d'autre ne fait ça. Ce n'est pas nous qui pilonnons de paisibles village à l'artillerie et au mortier chaque nuit. Le village de Pervomaisk est presque entièrement détruit. Je me demande comment le gouvernement va trouver l'argent pour reconstuire, en cas de victoire, comme il l'annonce et comment il va s'y prendre, tandis que pendant toute la période de l'indépendance ils n'ont rien construit, pas une seule maison neuve dans la région. Alors avec quels moyens vont-ils reconstruire toutes ces infrastructures anéanties ?

Je veux retenir l'attention des habitants de l'UE, et d'autres : vous allez devoir affronter cette question vous aussi. Ces gens ne pourrons pas vivre éternellement dans cette situation. Ce n'est simplement pas possible.

Vous entendez à travers les mass media que nous sommes des terroristes, des meurtriers. Pardon, mais est-ce que les armes qui sont pointées et qui tirent sur nos villes sont les nôtres, ou peut-être les vôtres ? Nous n'utilisons pas [le symbole nazi de] la rune du loup, mais peut-être votre camp ? Etes-vous attaqué par des missiles balistiques, ou est-ce nous qui le sommes ? Nous voulons mettre cela au clair. Au moins une fois dites aux gens la vérité à propos des buts de guerre : le territoire. Kolomoïsky veut annexer la région de Lugansk à la région de Dniepropetrovsk et la gouverner comme un roi.

- Je voudrais demander à tous ceux qui ont le sens de la justice de simplement prendre conscience que nous menons une guerre de civilisations. C'est-à-dire une guerre dans laquelle chacun prend sa place. Je veux dire, le côté du bien ou le côté du mal.

- Pour vous il s'agit seulement de chiffres. Vous regardez la télévision, en écoutant les informations. Peut-être quelque part sur Internet vous parvenez à percevoir une partie de la vérité, peut-être à propos d'un endroit où nous opérons, peut-être par l'intermédiaire de quelqu'un qui s'intéresse à notre drame. Pour vous, ces événements sont éloignés et inintéressants. Pour nous il s'agit de notre plus proche et de notre plus cher voisinage. Nous voyons ces enfants, ces grand-parents être assassinés. De terribles scènes. Je suis âgé de 30 ans et en quatre mois, j'ai vu presque davantage que pendant 30 ans. Je n'ai jamais cherché la guerre ou quelque chose comme ça. Je suis un homme de paix, mais il y a des circontances où une personne ne peut pas rester à la maison et s'asseoir pour mériter son nom d'homme. Je vous demande à vous, Européens, de ne pas nous considérer comme des numéros.

- Le gouvernement ukrainien ne s'arrêtera pas tant qu'il aura le soutien des anciens membres du Pacte de Varsovie. Cela ne va pas s'arrêter. Autre question : après avoir accumulé autant d'armes, où les Ukrainiens vont-t-ils s'arrêter ? Après la destruction complète du Donbass ? Nous en doutons parce que le thème de la "nation unique" est la devise des fascistes : "mort à l'ennemi."  Prenez garde, Européens, de ne pas devenir un jour les "ennemis" de l'Ukraine !"

(Traduction par nos soins, d'après la traduction en anglais d'Olga Luzanova)

Posté par Sepo à 20:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 août 2014

A l'origine du voeu de Louis XIII

 

6a00d83451619c69e201a5116699d9970c

  "Le 15 août 1638, Louis XIII n'était pas à Paris. il était dans le Nord, mobilisé par la guerre avec la toute-puissante Espagne. Il l'avait décidéee, la mort dans l'âme, comme autrefois l'"arrestation" de Concini, car le Roi d'Espagne était son beau-frère, ainsi que le Cardinal Infant qui commandait vaillamment les armées adverses. Mais la France était littéralement assiégée par l'Espagne, car Philippe IV, roi de ce pays, était aussi roi du Portugal, de Naples, de Sicile, et de Sardaigne, duc de Milan. Il régnait, à l'est de la France, sur la Franche-Comté et le Charolais. Enfin, il était souverain des Pays-Bas. C'était la menace la plus grave, car si Louis XIII tint à reconquérir, au sud, les îles de Lérins, sans crainte pour la frontière sud, protégée par les Pyrénéees, les plaines du Nord étaient déjà le lieu prédestiné de déferlements redoutables. Nous verrons comment Louis XIII eut, en 1636, sa "bataille de la Marne". Bref, l'Espagne du grand siècle d'or, qui régnait sur les Indes orientales et occidentales, enserrait la France comme dans un étau, avec l'ardeur militante des Conquistadores et le panache devant laquelle la France restait muette d'admiration en allant voir Le Cid: le grand succès de janvier 1637, l'année où s'élabora le voeu.

    Louis XIII, qui avait courage et compétence militaire, jouait, comme l'invincible Espagne, le jeu de Pénélope, immortalisé par Le Cid: à à chaque printemps, des mobilisations mouvantes et incertaines, qui étaient alors l'aventure permanente des guerres...

    Nous partîmes cinq cents; mais, par un prompt renfort,   

    Nous nous vîmes trois mille en arrivant au port.

Louis XIII, entouré du peuple d'Abbeville, des volontaires et mercenaires de son armée, des princes et de son Premier Ministre et compagnon de guerre, le Cardinal de Richelieu, célébra le voeu en l'église des Minimes.

     A la messe solennelle, le moment de consécration arrivé, il s'avança vers l'autel puis, la main gauche posée sur son coeur, la droite élevée jusqu'à la hauteur du Saint sacrement, il voua son royaume à la Vierge, la suppliant humblement de prendre ses Etats et sa personne en maternelle tutelle (Dusevel, Le voeu de Louis XIII, Amiens, 1844).

p.17, "Le voeu de Louis XIII", René Laurentin, François-Xavier de Guibert (2004)

Texte du voeu: http://www.salve-regina.com/salve/Le_Voeu_de_Louis_XIII

Messe de l' Assomption à Fontgombault

 

Posté par Sepo à 18:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 août 2014

Un voyage intérieur musical, "Celerstite mirror"

Wolves in the Throne Room est une formation américaine née en 2003 à Olympia, Washington. Leur première inspiration s'est nourrie au black-metal, ce morceau de 2014 s'aventure dans la musique ambiante, plus accessible à mes oreilles. Une évolution qui fait penser à Burzum: écologie profonde, revisitation néo-païenne d'inspiration nordique. Au final, une poésie de l'immémorial envoûtante qui sait dépasser un imaginaire  visuel sataniste/gothique contre-productif.

Site officiel du groupe: http://www.wittr.com/

Posté par Sepo à 19:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]



Fin »