"La nuit était noire, sans lune, et pendant le dîner, le ciel s'était couvert de nuages bas qui cachaient les étoiles. En face de l'immeuble, Archambaud vit des lumières aller et venir parmi les ruines et n'y prêta pas attention. Déjà il avait le fil de sa méditation. Il songeait à tous ces hypocrites, au nombre desquels il se contait lui-même, et que rien n'obligeait à taire leurs convictions ni à feindre d'en avoir d'autres. Franchissant les frontières de Blémont, il considéra la question à l'échelle du département, puis de la nation tout entière. Les hypocrites se chiffraient maintenant par millions. Dans toutes les provinces de France, dans tous les villages, dans les grandes villes et dans les petites, il voyait grouiller ces gens à double visage, reconnaissables à une attitude un peu gênée et composée, au ton doucereux de leurs propos, à l'art d'utiliser les silences dans la conversation, à leurs sourires conciliants et légèrement serviles, comme s'ils étaient des inférieurs. Ces millions de citoyens, songeait-il, et c'était un peu leur excuse, étaient appelés à choisir entre des partis politiques qui condamnaient avec horreur ce qu'ils avaient cru et croyaient encore vrai et raisonnable."

uranus

p.1058,en Pléiade, ouverture du chapitre III d'Uranus, Marcel Aymé