Quarante après le discours historique d'Enoch Powell prononcé en 1968 à Birmingham sur le danger mortel d'une immigration de masse, Birmingham s'enfonce dans la tragédie annoncée:

    "Deux prêcheurs chrétiens [protestants], Arthur Cunningham, 48 ans, et Joseph Abraham, 65 ans, ont été menacés d’arrestation au Royaume-Uni s’ils continuaient à aborder des musulmans dans la rue pour leur parler du Christ [...] Les deux hommes distribuaient des dépliants dans un quartier islamique de Birmingham, le 19 février dernier, et avaient engagé la conversation avec quatre jeunes musulmans, lorsqu’un officier de « soutien communautaire » a fondu sur eux, exigeant, moyennant menaces et intimidation, qu’ils disparaissent au plus vite. Naeem Naguthney, 30 ans, leur avait dit, selon Cunningham, qu’ils « se trouvaient dans une zone musulmane et n’avaient pas le droit d’y diffuser leur message chrétien ». « Ils nous ont dit que nous commettions un “crime de haine” [terme anglais pour désigner la discrimination et l’incitation à la haine raciale] en incitant des jeunes à quitter l’islam et qu’ils allaient nous conduire au poste. » [...]

Source: http://www.present.fr/

http://www.dailymail.co.uk/news/article-1023483/You-preach-Bible-Muslim-area.html

http://www.telegraph.co.uk/news/uknews/2058935/Police-advise-Christian-preachers-to-leave-Muslin-area-of-Birmingham.html

    Dans l'opinion de droite libérale, on explique parfois l'immigration massive en France par notre imprégnation marxiste; sans reconnaitre la connivence entre marxisme et libéralisme: le messianisme cosmopolite, qui agit en religion séculière pour parvenir à cette société d'indistinction. Si la Croix du Christ est le fondement de notre foi, cette foi de substitution, l'antiracisme trouve sa justification dans l'accord quadripartite signé à Londres le 8 août 1945 (Statut du Tribunal militaire international de Nuremberg)- nouvelle Table de Lois des temps modernes, que ne peut donc légalement faire l'objet d'une contestation même "insinuée", pas même d'un libre examen ou réexamen juridique ou historique, comme le rappelait Slavaseptimanius.