156222530_L Ce midi, m'abandonnant à la flânerie sur les quais à Paris pendant la pause déjeuner,  je tombe sur "La Gaule", de Ferdinand Lot (à 1 € !) ,collection Les Grandes Etudes Historiques (dont j'ai retrouvé un volume dans la poubelle de l'aumônerie de l'Eglise Saint-Etienne du Mont, la remarquable "Renaissance" de Funck-Brentano). Inconnu à mes yeux, Ferdinand Lot est selon la page de garde  "Professeur honoraire à la Faculté des Lettres de Paris, Directeur à l'Ecole pratique des Hautes  Etudes ( Sciences historiques et philologiques ) à la Sorbonne, Membre de l'Institut ( Académie des Inscriptions et belles Lettres). Le charme de la prose de cet auteur hautement reconnu en son temps est la santé du style, qu'on en juge par l'ouverture de son étude:

         "Avant la France était la Gaule, ou pour mieux dire la France continue la Gaule et la Gaule préfigure la France. Faire l'histoire de la Gaule c'est faire faire l'histoire de la France."p.15

L'avant-propos, p.10, laisse songeur - écrit en 1947:

  "Le Français , même celui qui se croit cultivé, ne connait pas, ou du moins connaît mal les fondements économiques, sociaux, politiques, du passé de son pays , disons même du présent, car le présent édifice repose sur des bases anciennes, beaucoup plus anciennes qu'on imagine trop souvent".