La récente biographie de Petitfils sur Louis XIII, Perrin, 2008 nous permet notamment de nous replonger dans cette recherche de la "bonne mort" si caractéristique du XVIIe  siècle. Une vie trouve sa fécondité à son terme, dans la mort.

"Depuis que je suis sur terre, je n'ai jamais vu mourir une personne plus chrétiennement."
Saint Vincent de Paul, qui a assisté à l'agonie du roi.

"il est impossible d'imaginer une plus grande force d'esprit dans une grande grande faiblesse de corps que celle qu'il a montrée. Jamais en cet état personne n'a vu plus clair que lui en ses affaires, ni n'a fait des établissements plus judicieux. Jamais personne n'a regardé la mort avec plus d'indifférence, ni ne s'est soumis avec une plus grande résignation à la volonté de Dieu".

Mazarin, écrivant au cardinal de Lyon

"Beaucoup se sauveraient comme personne privées, qui se damnent en effet comme personnes publiques."
Richelieu, Testament politique
De la page 835 à 845 dans la biographie.

la_penne_voeu_louis_xiii