26 mars 2009

Paradoxe luciférien selon Kundera

                                              "Voici le paradoxe luciférien: si une société ( par exemple, la nôtre) dégorge violence et méchanceté gratuites, c'est que la vraie expérience du mal, du règne du mal, lui manque. Car plus cruelle est l'Histoire , plus beau apparaît le monde du refuge; plus ordinaire est un événement, plus il ressemble à une bouée de sauvetage à laquelle... [Lire la suite]
Posté par Sepo à 22:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mars 2009

Bacon ou l'exploration des limites du "moi"

.    Chaque Kundera est un florilège d'intelligence, "Une rencontre", Gallimard, 2009, p.22, n'échappe pas à la règle. Envoyez la musique:" (...) les portraits de Bacon sont 'interrogation sur les limite du "moi". Jusqu'à quel degré de distorsion un individu reste-t-il encore lui-même ? Jusqu'à quel degré de distorsion un être aimé reste-t-il encore un être aimé ? Pendant combien de temps un visage cher qui s'éloigne dans la maladie, dans la folie, dans la haine, dans la mort, reste-t-il encore... [Lire la suite]
Posté par Sepo à 22:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mars 2009

Saint-Germain-des-Prés, ou la poésie évanouie

    "Les Insoumis" d'Eric Neuhoff, Fayard, 2009 évoque p.19 la dépoétisation du lieu en une superbe séquence:    "Adieu, cette époque démodée. A Saint-Germain-des-Prés, un couturier italien a remplacé le vieux drugstore Publicis où l'on pouvait acheter, à l'heure où les ombres comme les promesses sont démesurées, des romans de Monique Lange, une bouteille de gin, des 33 tours de Rickie Lee Jones. Il y avait moyen d'offrir un bijou à sa dame de ses pensées en sortant d'un dîner chez Lipp. On a... [Lire la suite]
Posté par Sepo à 22:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]