29 avril 2009

Napoléon fataliste

      "Napoléon a toujours été fataliste. Le 2 septembre 1816, évoquant l'apogée du règne, il fait cet aveu à Las Cases: "Je voyais clairement arriver l'heure décisive. L'étoile pâlissait, je sentais les rennes m'échapper, et je n'y pouvais rien." Prescience de la catastrophe à laquelle il faut opposer  l'admirable phrase du début, quand il était à vingt-cinq ans général de l'armée d'Italie: "Je voyais déjà le monde fuir sous moi, comme si j'étais emporté dans les airs." La confidence faite une fois de plus à... [Lire la suite]
Posté par Sepo à 22:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 avril 2009

Nécessité de l'aveu dans le communisme

    "Personnellement, et entre bien autres choses, je dois à   Miłosz   d'avoir compris l'importance réelle de l'aveu dans la discipline totalitaire. On s'est demandé pourquoi dans les procès de Moscou, de Budapest, de Prague et d'ailleurs, les procureurs mettaient tant d'acharnement à obtenir que les accusés se chargent de fautes qu'ils n'avaient pas commises. Pourquoi surtout leur fallait-il persuader leurs accusés et le monde entier qu'ils demeuraient quelque part coupables. C'est  Miłosz qui... [Lire la suite]
Posté par Sepo à 09:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 avril 2009

Mgr Zimowski s'exprime sur son ami, le pape Benoît XVI

Un témoignage à lire dans son intégralité tant la personnalité du Saint-Père est déformé par la caricature:http://eucharistiemisericor.free.fr/index.php?page=2504093_mgr_zimowski     "- Et comment le Cardinal Ratzinger priait-il? - C'est un homme de profonde prière. J'ai remarqué qu'il aimait surtout la prière des Psaumes. Il s'arrêtait souvent, absorbé dans la prière du bréviaire. Il disait la messe chaque matin. La seule personne qui y participait (au début) était sa sœur: une femme simple, modeste. Je... [Lire la suite]
Posté par Sepo à 09:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 avril 2009

Mélancolie de Napoléon

                                                   "La mélancolie de Napoléon cache un deuil très ancien."Toujours seul, au milieu des hommes, je rentre pour rêver avec moi-même, et me livrer à toute la vivacité de ma mélancolie. De quel côté est-elle tournée aujourd'hui ? Du côté de la mort." Ces lignes datent de 1786 lorsqu'il était lieutenant." p.140, "La chambre... [Lire la suite]
Posté par Sepo à 22:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 avril 2009

Gros, peintre de la mélancolie napoléonienne

"Le visage de Napoléon a la même expression intensément absente que dans Le Cimetière d'Eylau, première figure de la mélancolie napoléonienne que le baron Gros a saisie avec tant de profondeur. Les yeux plafonnent étrangement, le blanc du globe oculaire souligne la fixité hébétée du regard. "C'est le portrait le plus magnifique et assurément le plus exact qu'on fait de lui", prétend Delacroix. En tout cas, c'est le plus inquiétant. Gros ne dévoile qu'une partie du secret. A mots couverts, il nous livre quelques signes de la tristesse... [Lire la suite]
Posté par Sepo à 22:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 avril 2009

Lénine orienté vers Moscou,1958, station arctique

Posté par Sepo à 23:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 avril 2009

Carte de membre du parti communiste: Staline

Posté par Sepo à 22:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 avril 2009

Mgr Williamson sur la nature du mondialisme

   "Le capitalisme lancé en Angleterre par la fondation dans 1694 de la première Banque centrale d’une nation s’effondre autour de nos oreilles. Les capitalistes du chaos qui jusqu’à maintenant faisaient sauter n’importe quel gouvernement qui se heurtait à la libre entreprise, prient le gouvernement américain de renflouer leurs banques. Ainsi le capitalisme, qui s’est fait “trop grand pour échouer”, est maintenant, assez sûr pour subir une mutation dans le contrôle gouvernemental, étant athée et matérialiste, il... [Lire la suite]
Posté par Sepo à 07:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 avril 2009

Sacrifice de Louis XIII

    "Le sacrifice de Louis XIII est l'un des plus curieux exemples d'une volonté qui, sous le masque du silence et de l'indifférence, se cherche, se découvre et, en pleine maîtrise d'elle-même, trouve sa plus haute expression dans l'étroitesse des limites qu'elles s'est fixées. L'Histoire doit beaucoup à Luynes, son premier confident, pour avoir aidé le souverain dans cette ascension secrète et rapide et, au cours d'une très brève carrière, l'avoir engagé dans une politique de redressement que le roi n'abandonna plus." ... [Lire la suite]
Posté par Sepo à 11:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 avril 2009

Rouillé

Posté par Sepo à 08:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]