cp41    "Imaginez un dédale invraisemblable de ruelles aux pavés hargneux, aux trottoirs de bois. Une odeur lourde et fade y flotte...que doit-il en être dans les logis ? Ces venelles sont bordées de maisons basses, sombres, mal alignées, trouées à toutes les hauteurs de fenêtres de toutes les dimensions. Les façades, tigrées de pancartes aux caractères hébraïques, se creusent en boutiques noirâtres, sans air ni lumière, où l'on pratique tous les commerces connus et inconnus. Ou bien les murs sont percés de voûtes menant à des cours qui, communiquant entre elles, sont de vrais labyrinthes intérieurs; là naît, vit, s'agite, brocante, aime, souffre, et meurt, une population fanatiquement attachée à ses coutumes, et qui ne ressemblent à rien de ce nous connaissons en Occident."

p.108," Sous le ciel pâle de Lithuanie"(1926), Jean Mauclère, Plon