"Sermon du jeûne du dixième mois et des aumônes", saint Léon le Grand

jeûne  " Lorsqu'on sait que l'abstinence détruit tous les vices, qu'elle apaise l soif de l'avarice, disperse les fumées de l'ambition et étient le feu de la luxure, qui ne comprend l'utilité du jeûne ? Elle ne nous interdit pas seulement l'usage des viandes, elle nous prescrit encore d'étouffer tous les désirs charels. Il est inutile de jeûner si l'on renonce à ses mauvaises passions, et de se mortifier en se refusant l'usage des viandes sans se défaire de l'habitude du péché.

   Le jeûne est purement corprel et non spirituel, lorsqu'on mortifie seulement son corps et qu'on persiqste dans ces vices qui sont plus nuisibles que les délices de la nourriture. De quoi sert à l'âme d'être maîtresse au dehors et d'être esclave au-dedans ? d'avoir un pouvoir absolu sur tous les membres, et de perdre sa propre liberté ?

p.10, "Carême pour les cancres à l'école des saints 2014", Paroisse et famille

Site de l'éditeur: http://www.paroisseetfamille.com/

Benoit XVI sur saint Léon le Grand http://www.vatican.va/holy_father/benedict_xvi/audiences/2008/documents/hf_ben-xvi_aud_20080305_fr.html

 

leon_le_grand

"Nous connaissons bien l'action du Pape Léon, grâce à ses très beaux sermons - nous en conservons près de cent dans un latin splendide et clair - et grâce à ses lettres, environ cent cinquante. Dans ces textes, le Pape apparaît dans toute sa grandeur, tourné vers le service de la vérité dans la charité, à travers un exercice assidu de la parole, qui le montre dans le même temps théologien et pasteur. Léon le Grand, constamment attentif à ses fidèles et au peuple de Rome, mais également à la communion entre les différentes Eglises et à leurs nécessités, fut le défenseur et le promoteur inlassable du primat romain, se présentant comme l'authentique héritier de l'Apôtre Pierre:  les nombreux Evêques, en grande partie orientaux, réunis au Concile de Chalcédoine se montrèrent bien conscients de cela."