15 décembre 2013

Chardonne devant l'horizontalité de l'argent

   "Longtemps les hommes ont cru qu'ils aimaient la guerre, le meilleur amusement pour un garçon bien né et la plus noble tâche. Ce goût leur a passé. Puis on les a persuadés qu'ils aimaient la richesses et et qu'ils ne bougeaient que par intérêt personnel et pour de l'argent. Ce n'est pas vrai. Le courage, le scrupule, l'amour qu'un homme apporte à sa profession, le contentement qu'il en tire de sa tâche ou de son art, sont indépendants du salaire. C'est la société capitaliste qui a vicié les hommes en les condamnant à la... [Lire la suite]
Posté par Sepo à 19:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 décembre 2013

De l'altérité conjugale selon Chardonne

A propos de "Romanesques"(1937):     "Ce que démontre le roman, Chardonne l'a précisé dans une lettre:" Voici mon ultime pensée sur le couple...La première condition d'entente (peut-être suffisante) c'est que l'on apprenne à regarder l'autre comme un bloc; cet être qui forme un tout, on l'accepte ou on le rejette en bloc. C'est ainsi, d'ailleurs, pour l'être physique. On ne s'avise pas, le temps venu, que l'autre a l'oreille trop longue et qu'il faut en couper un morceau. De même, il n'est pas pas permis de décréter: je... [Lire la suite]
Posté par Sepo à 09:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 mai 2013

Portrait de Chardonne par Olivier Ikor

 Portrait de Chardonne (à titre documentaire) par le fils de Roger Ikor, l'indigence hargneuse du texte ne souffre pas de plus ample commentaire:    "A propos de Chardonne, j'ai oublié...L'auteur du Portugal que j'aime (1963) habitait à La Frette-sur Seine. je le vois encore parader sur la place du marché, dans sa grande cape noire avec son écharpe de pôhête négligemment jetée sur l'épaule et son chapeau mitterrandien à large bord. Chardonne affichait un grand mépris pour son jeune collègue Ikor. Comment en aurait-il... [Lire la suite]
Posté par Sepo à 16:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 février 2013

De l'esprit de la campagne selon Chardonne

    "Pourtant, je ne me sens pas à la campagne. Chez moi, à La Frette, je suis dans le ciel, dans les fleurs; mais je ne suis pas à la campagne. Pour moi, la campagne est en Charente, plus précisément sur une butte sablonneuse, près de Cognac. Là-bas, en ce moment, les jours sont dorés comme les feuilles; à travers les vapeurs matinales, blanches et transparentes, le ton des houx, des pins, des mousses a plus d'accent; la terre, des senteurs plus fortes, de secrètes germinations se préparent." p.9/10, "Lettres à... [Lire la suite]
Posté par Sepo à 18:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 février 2013

Inspiration chez Chardonne

    "Il me semble que toute oeuvre de moi, ou la moindre page, a pour origine une émotion à peine distincte, léger tressaillement dans la chair pareil au frémissement de la baguette du sourcier : là il y a une source. Alors, on creuse. Chacun a ses propres sources, singularité essentielle. Ce qui appartient à la réalité ou à l'imagination, on n'a jamais pu le savoir." p.24,"Lettres à Roger Nimier"(1954), Jacques Chardonne, Grasset coll.Les Cahiers verts XXV
Posté par Sepo à 22:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 décembre 2009

Tombe de Chardonne à la Frette sur Seine

Posté par Sepo à 08:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 novembre 2009

Le couple selon Chardonne

   "Le couple, c'est autrui à bout portant; il met face à face deux êtres vite dénudés, et suscite des exigences utiles, des tourments indispensables, avec une source vive d'humanité. Celui qui est en règle avec la société, qui a réussi dans la cité, qui est approuvé au-dehors, vient échouer devant une femme; elle réclame un être réel. Alors l'homme s'aperçoit que les autres lui demandaient très peu.   Des rapports vraiment intimes, l'égalité dans le tête-à-tête, une complète liberté de langage, une... [Lire la suite]
Posté par Sepo à 18:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 mai 2008

Chardonne nous quittait, il y a 40 ans

    "Plus d'essence, plus de trains, certains vivres qui commencent à manquer. Dans ce printemps 1968, La France est en remue-ménage, Paris enfiévré, voitures en feu, pavés-projectiles,ivresse des graffiti partout, qu'on prend pour de la poésie, un gouvernement qui regarde avec stupeur la révolte d'une jeunesse dont il n' a pas, à temps, pénétré les aspirations. Une civilisation se désagrège, déliquescente depuis quand ? rompus les barrages de toutes les contraintes qui permettent la vie sociale sans trop de... [Lire la suite]
Posté par Sepo à 08:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 mai 2008

Art de la conversation chez Chardonne

    "Dans la conversation courante avec Chardonne, on est seulement surpris, de prime abord, par un soupçon d'accent vaguement anglais, attrapé sans doute durant l'enfance, et qui a survécu au temps.    Elle"court"si bien, cette conversation, qu'on ne fait plus attention à cette accentuation chuintée. Elle tient de la divagation buissonnière, une feinte. Chardonne vous investit tout entier, l'air de rien,change de sujet, revient au point de départ. On se croit loin de la question qui le préoccupe. Il s'arrête... [Lire la suite]
Posté par Sepo à 09:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 mai 2008

Chardonne, le souffle des Hussards

   Roger Nimier oxygène l'air autour de lui. Antoine Blondin, sa "flemme", ses blagues, son ironie jamais méchante mais toujours perforante, un fond de tristesse maquillée de canulars et cette vocation qu'il a de l'amitié, y vient respirer, avec Stephen Hecquet, le plus brillant des avocats de sa génération, qui bredouille avec force de nervosité éloquente, romancier moins bon qu'il ne voudrait, polémiste au vitriol, autre écorché vif (mais pudique, il n'en fait rien voir), l'intelligence même et, lui aussi, l'amitié en... [Lire la suite]
Posté par Sepo à 09:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]