24 janvier 2016

Le voyage au bout de la nuit de Drieu La Rochelle

Repris du "Journal" de Drieu en date du 17 octobre 1944: "Je voudrais rentrer dans la nuit qui n'est pas la nuit, dans la nuit sans étoiles, dans la nuit sans dieux, dans la nuit qui n'a jamais porté le jour, dans la nuit immobile, muette, intacte, dans la nuit qui n'a jamais été, et qui ne sera jamais. Ainsi soit-il" p.231/232,"Les derniers jours de Drieu La Rochelle"(2016), Aude Terray , Grasset         Ce passage entre en résonnance avec la chanson "The eternal" de Joy Division: Joy Division - The... [Lire la suite]
Posté par Sepo à 19:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 octobre 2015

Ecartèlement de Racine entre Versailles et Port-Royal

   "A vingt kilomètres du château de Versailles se trouve un vallon. Cent marches y creusent le sol jusqu'en son point le plus bas, l'abbaye de port-royal. Sur les contreforts, autrefois, une grange, une ferme, quelques boules de bis, un verger, des arbres immenses. Au plus grand faste français de tous les temps, le vallon oppose son calme, son dénuement, un sentiment de réclusion aussi salutaire que celui d'un refuge. Elle émet une hypothèse: toute la vie de Racine se tient dans l’écartèlement que provoquent en lui ses... [Lire la suite]
Posté par Sepo à 07:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 octobre 2015

Houellebecq à Ligugé

   "Publié en 2015, Soumission consacre en effet plus d'une dizaine de pages à l'abbaye à laquelle le narrateur houellebecquien rend une visite pleine d'espoir. Lorsque à la page 08 il se présente à l'abbaye, arrivé en taxi de la gare TGV de Poitiers, le frère hôtelier l’accueille en ces termes:"Nous sommes très heureux de vous revoir, vous étiez venu il y a vingt ans, vous écriviez sur Huymans ? "Et le narrateur jusque là fort isolé d'être ému aux larmes d’avoir été ainsi "reconnu". La réalité fut quelque peu différente.... [Lire la suite]
Posté par Sepo à 21:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 septembre 2015

Aymé, écrivain de terroir parisien

   "Ah, le grand Marcel ! Il est à la fois le plus parisien des écrivains de terroir et le plus bucolique des auteurs de Paname. Jurassien exilé à Montmartre, il a apporté dans ses ballots tout un bestiaire souvent magique où les loups bavardent, où es chats complotent, où les nymphes hantent les marais, où les tableaux sèment la folie dans les villages." p.59/60,"Dictionnaire amoureux de Paris"(2015), Nicolas d'Estienne d'Orves, Plon
Posté par Sepo à 21:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 août 2015

Houellebecq, la nostalgie du sacré ?

Tiré du chapitre, Houellebecq: Dieu, la bouteille et le sexe:  "Il ne faut pas lire Houellebecq au premier degré, ni même au second, mais en creux comme un alphabet en braille. Alors apparaissent transfigurés un désespéré sous le cynique, un sérieux sous l'humour, un nostalgique du religieux sous le sarcasme, un enfant dépravé dont le cœur est resté pur, qui rêve à un Moyen Age perdu, au culte marial, aux pèlerinages, aux fièvres de la foi, à cette ivresse à partager une même vision de ce monde et de l'autre, qu'on a échangé... [Lire la suite]
Posté par Sepo à 08:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 août 2015

Marcel Aymé et le refus de l'enrôlement

Tiré du chapitre Marcel Aymé: l'enchanteur du réel: "Dans une époque où la vie intellectuelle a été fortement secouée par la politique, les idéologies, l'engagement, Marcel Aymé s'est voulu une sorte d'objecteur de conscience, se refusant obstinément à toutes les manières d'enrôlement. C'est un artiste qui, dans la tempête des idées, le sectarisme et le choc des factions, ressemble à un Montaigne ou à un Erasme. Alors qu'on s'étripe et qu'on se jette des anathèmes, lui tente de comprendre l'homme pas tel qu'il devrait être mais tel... [Lire la suite]
Posté par Sepo à 08:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 août 2015

Impersonnalité des hôpitaux

  "Désolation égalitaire des communautés asexuées où la souffrance ne crée pas de ferveur. Désespoir des symétries où l’adversité a réduit les hommes qu'un Devoir n'oblige pas. Dans ces lignes dures, ces alignements tirés au cordeau, pas un creux où puisse se nicher l'espoir. L'avenir tient dans ces lits numérotés où des malades remplaceront des malades, toujours. L'avenir n'est qu'un présent prolongé. Le souvenir, seul, peut vivre et faire vivre, dans cette atmosphère empesée, uniforme. Aux heures de fièvre, il en est qui se... [Lire la suite]
Posté par Sepo à 14:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 août 2015

Prière du soiffard

  "Mon Dieu, je suis un dévoyé et un soûlot, mais vous exaucerez sûrement quand je vous aurai tout dit J'ai été paresseux toute ma vie, ça c'est vrai, mon Dieu, mais je n'ai jamais fait de mal à quiconque. Aux pierres du matin, aux ronces du chemin, mes pieds ont saigné, mais je n'en ai jamais eu de souci, parce que je ne regardais que les églantines, qui étaient belles dans les buissons d'épine. J'ai toujours espéré, Mon Dieu, et les enfants m'aimaient. J'ai passé mon temps à flâner, j'ai bu tant que j'ai pu, mais je n'ai... [Lire la suite]
Posté par Sepo à 14:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 juillet 2015

Le gratte-ciel, un remède contre l'immensité de l'espace ?

    "On a prétendu que le gratte-ciel se justifiait par le manque d'espace des cités américaines, comme dans l'île de Manhattan. C'est le type même d'explication primaire,utilitaire qui passe à côté de l'essentiel. C'est le contraire qu'il faut dire: le gratte-ciel est la réaction normale l’excès d'espace, à l'angoisse des grands espaces ouverts de tous côtés, comme des abîmes horizontaux. La tour domine et maîtrise la plaine qui la cerne. Elle est un appel aux hommes dispersés, un centre de ralliement. elle est... [Lire la suite]
Posté par Sepo à 08:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 juillet 2015

L'homosexualité et le vertige de la stérilité

    "Au lieu que moi, labourant des collines d'ordures et jetant ma semence aux garçons, je suis voué aux gestes stériles, à un aujourd'hui sans hier ni lendemain, à un éternel présent désertique et sans saisons..." p.235, "Les météores"(1975), Michel Tournier, Folio N°905
Posté par Sepo à 15:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]