23 juillet 2015

L'homosexualité et le vertige de la stérilité

    "Au lieu que moi, labourant des collines d'ordures et jetant ma semence aux garçons, je suis voué aux gestes stériles, à un aujourd'hui sans hier ni lendemain, à un éternel présent désertique et sans saisons..." p.235, "Les météores"(1975), Michel Tournier, Folio N°905
Posté par Sepo à 15:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 juillet 2015

L'imprévisible berce de Sibérie

   "Mais revenons aux grands, et surtout à la plus grande, la mystérieuse berce de Sibérie (Heracleum sibiricum). Elle dépasse deux mètres cinquante et ses fleurs en ombelles ont facilement un demi-mètre de diamètre. Ses feuilles déchiquetées rappellent celles de la fameuse acanthe. Mystérieuse, oui, car elle ne fleurit que les deux ou trois ans, et en des points du jardin imprévisibles, choisis par elle-seule. C'est un monument végétal dont la majesté force le respect du jardinier le plus orthodoxe." p.25/26,... [Lire la suite]
Posté par Sepo à 17:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 juillet 2015

Terreur communiste à Barcelone en 1937

     "Au moment de quitter l'Espagne, le 2 juin 1937, Barcelone a sombré dans le cauchemar,"un climat [...] fait d'arrestations incessantes, de journaux censurés et de hordes de policiers armés patrouillant dans les rues". Dans une lettre adressée à Geoffroy Gorer, Blair écrit: "C'est un véritable règne de la terreur qui s'instaure: le fascisme qu'on impose sous prétexte de résister au fascisme, les gens qu'on garde en prison par centaines [...] et qu'on garde des mois sans jugement, les journaux qu'on interdit... [Lire la suite]
Posté par Sepo à 06:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 juillet 2015

La curiosité comme manifeste littéraire et vision de monde

   "A travers leur apparente disparité, ces quatre-vingt-cinq texticules ont en commun une certaine vision du monde. C'est celle que revendiquait Théophile Gautier lorsqu'il déclarait:" Je suis un homme pour qui le monde extérieur existe." Notons que l'auteur d'Emaux et Camées inaugure une famille de poètes résolument extravertis, primaires, solaires, spectaculaires qui s'appellent Leconte de Lisle, Heredia,, Mallarmé, Valéry, Saint-John Perse. ici l'espace commande sur le temps. L'oeil commande seul. Il compte plus que... [Lire la suite]
Posté par Sepo à 06:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 juillet 2015

Météorologie de l'Esprit-Saint

    "L'Esprit-Saint est vent, tempête, souffle, il a un corps météorologique. Les météores sont sacrés. La science qui prétend en épuiser l'analyse et les enfermer dans des lois n'est que blasphème et dérision. "Le vent souffle où il veut et tu entends sa voix, mais tune sais ni d'où il vient, ni où il va", a dit Jésus à Nicodème. C'est pourquoi la météorologie est vouée à l'échec. ses prévisions sont constamment ridiculisées par les faits, parce qu'elles constituent une atteinte au libre arbitre de l'Esprit. Et il... [Lire la suite]
Posté par Sepo à 15:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juillet 2015

Sincérité et mensonge dans la vie conjugale

  "LUI. Alors il faut mentir ? ELLE. Oui et non. Entre l'obscurité du mensonge et le cynisme de la transparence, il y a place pour toute une gamme de clairs-obscurs où la vérité est sue mais tue, ou volontairement ignorée. En société la courtoisie interdit de proférer crûment certaines vérités. Pourquoi n'y aurait-il pas aussi une courtoisie des couples ? Tu me trompes, je te trompe, mais nous ne voulions pas le savoir. Il n'y a de bonne intimité que crépusculaire. "Baisse un peu l'abat-jour",disait le charmant Paul Géraldy. ... [Lire la suite]
Posté par Sepo à 18:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juillet 2015

Des écrivains portés par l'histoire, et ceux par la géographie

    "Et en France, il y a par exemple Jules Verne qui s'oppose totalement à Alexandre Dumas. Alexandre Dumas est un écrivain qui s'inspire de l'histoire alors que Jules Verne est le type même de l'écrivain géographe. Il y avait même chez Jules Verne une volonté exhaustive. Il aurait voulu décrire toute la Terre, que la Terre n'échappe pas à son oeuvre romanesque. Il y a aussi ceci qui est important, c'est que les écrivains qui s'inspirent de l'histoire sont extrêmement  pessimistes. Car l'histoire est mauvaise et les... [Lire la suite]
Posté par Sepo à 18:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 juillet 2015

Pinsk à l'heure polonaise

   "Le gouvernement du nouvel État polonais créé au lendemain de la Première Guerre mondiale voulait peupler de Polonais les confins orientaux du pays, y propager la culture polonaise, mais les volontaires ne se bousculaient pas, ces terres éloignées et leur culture, étrangère pour beaucoup, n'attiraient guère. Le polonais, à Pinsk, était la langue d'une minorité, la population était composée aux deux tiers de juifs et à un tiers de Biélorusses, d'Ukrainiens et de Russes et d'une poignée d'Allemands. A la veille de la... [Lire la suite]
Posté par Sepo à 07:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 juin 2015

Hinault, l'herculéen

   "1980, un 24 avril. La neige tombe au départ du Liège-Bastogne-Liège, la reine de classiques, qu'il a déjà dominé trois plus tôt. Pas moins de 110 coureurs sur 174, abandonnent durant les deux premières heures. Après le ravitaillement, Hinault se place en tête du peloton, impose un rythme fou. Et il s'échappe. seul. Absurdement seul. Désespérément seul au monde. Il rallie l'arrivée après une échappée de 80 kilomètres et plus de neuf minutes d'avance sur Hennie Kuiper. Seuls 21 coureurs terminent. Ses adversaires,... [Lire la suite]
Posté par Sepo à 21:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 juin 2015

L'Institut Saint-Serge évoqué dans un roman de la prochaine rentrée littéraire

   "Ensuite, il se dirige vers la place Stalingrad qui n'a pas volé son nom. Par le canal, il arrive rue de Crimée. Au 93, il pousse une grille, et il suit une allée étroite bordée de plantes grasses, jusqu'à un garage à l'abandon surmonté d'une enseigne où il déchiffre les lettres du mot "librairie". Devant lui se dressent l'église orthodoxe Saint-Serge-de Radonej et son double escalier en bois ouvragé. Vladimir Vladirovitch hésite un instant à monter par la droite ou par la gauche, par le sens de la circulation ou par... [Lire la suite]
Posté par Sepo à 07:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]