51ks1WMs0kL     "Près de deux siècles séparent le séminariste britannique et le pape bavarois. Rien n'a changé sous le soleil du Vatican. Pourtant le monde n'a plus rien à voir, en ce début detroisième millénaire, avec ce qu'il était au lendemain de la révolution française: la science et les techniques, les régimes politiques et économiques, l'alimentation et la santé, l'habillement et la culture, les transports et la vitesse, l'espace e l'informatique, tout est différent ! La seule autorité humaine qui a traversé les siècles, résisté aux révolutions et survécu aux guerres mondiales sans changer son discours, sa liturgie, ses vêtements, ses rites, et jusqu' à sa façon de bénir la foule, c'est le pape.

Aucune institution humaine n'est plus ancienne que celle-là: un peu plus de deux mille ans. Aucune ne représente autant de membres: 1,3 milliards de fidèles éparpillés aux quatre coins de la terre. Le lot de tous les papes  qui se succèdent au balcon de Saint-Pierre, dans des conditions plus ou moins dramatiques, dans un monde plus ou moins guerrier, c'est de perpétuer ce miracle: incarner ces deux millénaires de traditions, de doctrines, de rituels et de normes,et en même temps, représenter ces centaines de millions de fidèles exprimant, aux quatre coins de la terre, des histoires, des patrimoines et des cultures, dans une infinie diversité."

p.242," Le roman des papes"(2011), Bernard Lecomte, Rocher 2011